Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV)

Le Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV) prend "en compte les dimensions environnementales, sociales et culturelles pour mener des actions dans le respect du développement durable1."

L'intégration de la durabilité se fait au niveau des cours (cours technique et environnement, gestion de projet, cours de culture générale, etc.), au niveau de projets d'établissement (Journées de l'environnement, production et consommation d'énergie, jardin en permaculture, concours "Bike to Work", etc.) ou au travers de projets réalisés avec des étudiant·e·s (JurassicTest).

La multiplication de ces projets fait que le CPNV est en train de réfléchir à mettre sur pied une approche institutionnelle globale de la durabilité.

Personnes de contact:
  • Enseignant·e
  • ,
  • Enseignant·e, Référent·e durabilité
  • ,
  • Enseignant·e, Référent·e durabilité
  • ,
  • Enseignant·e, Référent·e durabilité

Informations générales

Degré enseignement:

Carte

46.774196716409, 6.6340171539679

Ressources liées
Semaine de la culture et de la durabilité
20 au 24 juin 2022 Objectif : permettre aux élèves de rencontrer des personnalités et des spécialistes, leur donner l’opportunité d’interroger leurs connaissances, habitudes de consommation et préconceptions. Pour nous, enseignant·e·s, réagir face à une éco-anxiété grandissante que nous expérimentons au quotidien dans nos enseignementsDurée : semaineThématiques en lien avec la durabilité : thématiques variées inspirées de Pablo Solon (consommation, vivre ensemble, etc.)Type(s) d’activité(s) : conférences-débats, activités théâtrales, Escape Game, ateliers de déconstruction, films et  documentaires, rencontre et l’échange avec des protagonistes actifs dans la transition, visites guidées d’expositions (au CPNV mais aussi au CACY)Public : élèves de 1ère à terminalesOrganisation de l’événement : Groupe durabilité du CPNV et une partie du Conseil de direction. Cinq mois de travail environ, en sus des périodes dédiées à notre enseignement (mais l’événement, initialement prévu en janvier a été reporté à juin, en raison du COVID-19). La communication s’est faite via teams lors de l’élaboration de la semaine, puis via mail et moodle, panneaux d’affichage et écrans pour communiquer avec nos collègues et les élèves.Budget : moins de CHF 20'000 pour les expositions, les intervenants et le matériel. Décharges pour le Groupe durabilité.Financement : établissementIntervenant·e·s externes : Prof. Julia Steinberger (GIEC), Dr. Stéphane Genoud (professeur responsable du Management de l’énergie à l’Institut Entrepreneuriat & Management de la HES-SO Valais), Prof. Kraus (Maître d'enseignement et de recherche en Études genre et en Études sociales des sciences à l'UNIL), Prof. Dominique Bollinger (Professeur en génie de l'environnement à la HEIG-VD), Alternat’Yv, Vivement l’Urgence !, les Magasins du Monde, L’exposition Drawdown, la section de cinéma de l’UNIL (Chloé Hofmann,Vincent Annen, Morgane, Kursner, Fiona Prieur, Alana Guarino), Orane Burri (« Le prix du gaz »), Dr. Xavier Gravend-Tirole, Cléolia Sabot, Antoine Thalmann, le CACY, Amnesty International, les Héros Ordinaires, Esc’On change?, Biovision, la Fresque du Climat, Yvan Richardet « La semaine fut exaltante ! Assister à la réalisation de mois de travail, et voir certains de nos élèves prendre conscience de l’origine des défis actuels, poser leurs questions, interagir avec des personnalités de haut vol, et enfin imaginer des solutions... Cette semaine a permis le décloisonnement de nos enseignements respectifs, mais aussi de notre école et des différents groupes de travail. Elle a permis la perméabilité entre les différentes institutions (UNIL, HES, monde des arts, etc.). La rencontre entre tous les acteur·trice·s de cette semaine et la matérialisation de nombreux concepts vus en classes a été chargée en émotions positives. La principale difficulté fut de rebondir en cas d’imprévus (notamment lorsqu’un intervenant s’est désisté au dernier moment). Nous avons pris acte qu’il nous fallait impérativement prévoir des « plans de secours » en cas d’annulation ou de soucis. Par ailleurs, quelques élèves ont parfois montré un intérêt quelque peu limité et il s’agit pour nous d’améliorer l’offre. Pour le reste, les retours (nous avons fait circuler une évaluation anonyme auprès des élèves) ont été majoritairement positifs. Le seul point négatif a relevé l’aspect parfois trop magistral ou académique des intervenant·e·s. » Témoin : Louisa Diaz, enseignante Établissement : Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV) Documents : Catalogue de la semaine Article de presse
Plus d'infos
Voir plus de ressources